Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Temporal Processing Skills of Children with and without Specific Language Impairment

 
Auteur(s) Simon Grondin
Ginette Dionne
Nathalie Malenfant
Marilyn Plourde
Mariève Cloutier
Catherine Jean
Volume 31
Nombre 1
Année 2007
Page(s) 38-46
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés Specific
language
impairment
temporal
processing
order
judgement
interval
production
nonverbal
IQ
Abrégé This paper compares the temporal processing skills of 6- to 9-year-old children meeting criteria for enrolment in specific language impairment (SLI) special classes to controls. Children were tested on two temporal-order judgment tasks (TOJ) and one interval-production task with 31 finger taps at a rate of 1 tap/s. Nonverbal IQ (NVIQ) was assessed using the Block Design subtest of the WISC-III. In a visual task (V-TOJ), children indicated which of two flashes, left or right, appeared first; and, in a bimodal task (B-TOJ), they indicated which signal, a sound or a light, appeared first. In the production task, groups were compared on mean production interval, the variability of produced intervals and the coefficient of variation. The results indicate a weaker capacity of children with SLI to determine the order of arrival of sensory signals in both TOJ tasks, and more variability (and higher coefficient of variation) of children from the same group in the production task. Furthermore, there were no group differences on NVIQ. Binary logistic regression revealed that performance on the V-TOJ task is sufficient to predict group membership with a 78% accuracy rate.


Cet article compare les compétences pour le traitement temporel des enfants de 6 à 9 ans qui répondent aux critères d’admission dans des classes spéciales pour ceux qui ont un trouble spécifique du langage aux compétences des enfants d’un groupe contrôle. Les enfants ont subi deux épreuves (visuelle et bimodale) de jugement de l’ordre temporel et un test de production d’intervalles temporels à l’aide de frappes digitales à un taux de 1 frappe à la seconde. Le quotient intellectuel non-verbal a été mesuré à partir du sous-test Block Design du WISC-III. Dans le cadre de l’épreuve visuelle, les enfants devaient indiquer lequel de deux signaux visuels, celui de gauche ou celui de droite, est apparu en premier. Pour l’épreuve bimodale, ils devaient indiquer quel signal, le son ou la lumière, est apparu en premier. Pour la tâche de production, on a comparé l’intervalle moyen de production entre les groupes, la variabilité des intervalles produits et le coefficient de variation. Les résultats indiquent une capacité réduite chez les enfants atteints d’un trouble spécifique de langage à déterminer l’ordre d’arrivée des signaux sensoriels pour les deux tâches de jugement de l’ordre temporel et une plus grande variabilité (et un coefficient de variation supérieur) pour le test de production temporelle chez les enfants de ce même groupe. Qui plus est, nous n’avons relevé aucune différence entre les groupes pour le quotient intellectuel non-verbal. Une analyse de régression logistique binaire a montré que les résultats de l’épreuve visuelle étaient suffisants pour prédire l’appartenance à un groupe avec un taux de précision de 78 %.
ID 941
Lien http://cjslpa.ca/files/2007_CJSLPA_Vol_31/No_01_1-69/Grondin_CJSLPA_2007.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue en accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont disponibles sur Internet dès leur publication, et ce, pour tous les utilisateurs. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, rechercher ou fournir le lien vers le contenu intégral des articles, ou encore, à utiliser les articles à toutes autres fins légales.

La RCOA ne charge aucun frais pour le traitement ou la publication des manuscrits.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient les droits d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de la parution et numéro des pages), mais sans laisser entendre que OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser les documents à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.