Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Analyse segmentée des comportements de fixation du regard sur une élocution fluide et une élocution bégayée

 
Auteur(s) Daniel Hudock, PhD
Andrew Stuart, PhD
Tim Saltuklaroglu, PhD
Jianliang Zhang, PhD
Nicholas Murray, PhD
Joseph Kalinowski, PhD
Nicholas Altieri, PhD
Volume 39
Nombre 2
Année 2015
Page(s) 134-145
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés stutter
stammer
fluency
disorders
communication
perception
eye
gaze
tracking
Abrégé Purpose: To measure the effect of stuttering on eye-gaze in fluent speakers while viewing video
presentations of typical speakers and people who stutter (PWS) speaking because eye-gaze
behaviors provide indicators of emotion and communicative integrity.
Method: Sixteen fluent college-age adults, naïve to stuttering, observed six 30-second audiovisual
speech samples of three PWS, and three age and gender matched controls who do not stutter
(PWNS). A desk-mounted eye-tracker recorded the amount of time participants spent watching
four regions of interest (ROIs) in the stimulus videos of PWS and PWNS: eyes, nose, mouth, and
“outside” (i.e., any gaze-point not occurring within the eyes, nose, or mouth area). Proportions of
gaze-time in each ROI were the dependent variables of interest in the study. Comparisons were
made between proportions of time spent in each ROI for the PWS and PWNS speaker groups, and
also between fluent versus disfluent speech segments produced by the PWS.
Results: Participants spent significantly more time watching the eyes (e.g., maintaining eye-contact)
when viewing PWNS than PWS. They also spent significantly more time observing mouth regions of
PWS. When watching the videos of PWS, participants spent significantly more time observing nose
and mouth regions when speech was stuttered (PWS-S) than when the speech was fluent (PWS-F).
Conclusions: Overall, the difference in eye gaze patterns across speaker-group is interpreted to
indicate negative emotional responses to stuttering. Current findings align with previous research
showing that stuttered speech elicits negative reactions from listeners. Specifically, stuttering
behaviors avert gaze from the eyes. Gaze aversion is a clear sign of disrupted communication that is
visible to PWS and may contribute to their negative reactions to their own stuttering.

Objectif : Mesurer l’effet du bégaiement sur la fixation du regard chez les locuteurs fluides qui visionnent des
présentations vidéo de locuteurs typiques et de personnes qui bégaient, parce que les comportements de
fixation du regard sont des indicateurs de l’émotion et de l’intégrité dans la communication.
Méthode : Seize adultes d’âge collégial ayant une parole fluide, sans histoire de bégaiement, ont observé
six échantillons audiovisuels de parole de trois bègues et de trois personnes ne bégayant pas, jumelées
selon l’âge et le sexe. La durée des échantillons était de 30 secondes. Un dispositif de suivi oculaire de type
bureau a enregistré le temps passé par les participants à regarder quatre régions d’intérêt dans les vidéos :
les yeux, le nez, la bouche et « l’extérieur » (c.-à-d. tout point de fixation du regard situé ailleurs que sur les
yeux, le nez et la bouche). Les portions de temps de fixation du regard dans chaque région d’intérêt étaient
les variables dépendantes de l’étude. Les comparaisons furent faites entre les portions de temps passées
dans chaque région d’intérêt pour les groupes de locuteurs bègues et non bègues et également entre des
segments de parole fluide et de bégaiement des bègues.
Résultats : Les participants ont passé un temps significativement plus important à regarder les yeux (par
ex., maintenir le contact visuel) en visionnant les non bègues que les bègues. Ils ont également passé
significativement plus de temps à observer la région de la bouche des bègues. En visionnant les vidéos des
bègues, les participants ont passé significativement plus de temps à examiner les régions du nez et de la
bouche quand le locuteur était dans des périodes de bégaiement comparativement à des moments où sa
parole était fluide.
Conclusions : Dans l’ensemble, les différences des comportements de fixation du regard à travers les
groupes de locuteurs sont interprétées comme indiquant des réponses émotionnelles négatives vis-à-vis
le bégaiement. Les constatations présentes vont dans le même sens que des recherches précédentes
qui montraient que les périodes de bégaiement suscitent des réactions négatives chez les auditeurs.
Spécifiquement, les comportements de bégaiement détournent le regard des yeux. Ce détournement du
regard est un signe clair d’un bris de communication, perceptible par les bègues et qui peut contribuer à
leurs réactions négatives envers leur propre bégaiement.
ID 1175
Lien http://cjslpa.ca/files/2015_CJSLPA_Vol_39/No_02/Paper_2_CJSLPA_Summer_2015_Vol_39_No_2_Hudock_et_al.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.