Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie

Assessing Anishinaabe Children’s Narratives: An Ethnographic Exploration of Elders’ Perspectives / Évaluation des récits d’enfants anishinaabek : une exploration ethnographique de points de vue d’anciens

 
Auteur(s) Sharla Peltier
Volume 38
Nombre 2
Année 2014
Page(s) 174-193
Langue Anglais
Catégorie
Mots-clés education
narratives
indigenous
research
methodology
children
stories
elders
storytelling
circles
first
nations
oral
tradition
langauge
assessment
aboriginal
English
dialects
Abrégé This paper reports on an ethnographic research project conducted to explore the narrative skills of a group of eight Anishinaabe children. An emically-derived methodology was developed to examine narrative skills and the results were compared to those obtained using a scoring system developed for narrative analyses with majority culture English speaking children. The research illustrates that narrative analyses derived from a Western based perspectives, such as the Narrative Scoring Scheme (NSS) from the Systematic Analysis of Language Transcripts (SALT) software, is not always congruent with a narrative analysis based on the Anishinaabe perspective that reveals culturally relevant preferences for components of narratives based on the perceptions of Elders who value Aboriginal orality. The application of a Western based narrative analysis tool placed a different emphasis on what was valued as a ‘good’ narrative and these evaluations did not consistently reflect Anishinaabe orality values and perspectives. The research addresses culturally appropriate practices for eliciting and assessing the narrative performance of Anishinaabe children and provides an opportunity to understand the research participants in their own context while exploring culturally specific meanings behind the data.

Cette communication fait rapport d’un projet de recherche en ethnographie qui voulait explorer les compétences narratives d’un groupe de huit enfants Anishinaabe. Une méthodologie émiquement dérivée fut développée pour examiner les compétences narratives et les résultats furent comparés à ceux qu’on avait obtenus à l’aide d’un système de cote élaboré pour des analyses narratives auprès d’enfants de culture anglophone majoritaire. La recherche illustre que les analyses narratives dérivées depuis des points de vue à base occidentale, comme le Narrative Scoring Scheme (NSS) du logiciel Systematic Analysis of Language Transcripts (SALT), ne sont pas toujours congruentes avec une analyse narrative basée sur le point de vue Anishinaabe, qui révèle des préférences culturellement pertinentes pour des composantes de récits basées sur les perceptions d’anciens qui apprécient l’oralité autochtone. L’application d’un outil d’analyse narrative à base occidentale a mis un accent différent sur ce qui était apprécié comme un ‘bon’ récit, et ces évaluations n’ont pas reflété de façon uniforme les valeurs et les points de vue d’oralité Anishinaabe. La recherche touche des pratiques culturellement appropriées permettant d’éliciter et d’évaluer la performance narrative d’enfants Anishinaabe et donne l’occasion de comprendre les participants à la recherche dans leur propre contexte tout en explorant des sens culturellement spécifiques derrière les données.
ID 1149
Lien http://cjslpa.ca/files/2014_CJSLPA_Vol_38/No_02/CJSLPA_Summer_2014_Vol_38_No_2_Paper_3_Peltier.pdf
 
Share |

La RCOA est une revue à accès libre, ce qui signifie que tous les articles sont accessibles sur Internet à tous les utilisateurs dès la publication. Les utilisateurs sont autorisés à lire, télécharger, copier, distribuer, imprimer, interroger ou référencer le contenu intégral des articles, ou à utiliser ce contenu à toutes autres fins licites.

La RCOA n’impose aucuns frais d’édition ou de traitement aux auteurs.

C’est l’Orthophonie et Audiologie Canada (OAC) qui détient le droit d’auteur de la Revue canadienne d’orthophonie et d’audiologie. Il faut mentionner la source (OAC, nom de la publication, titre de l’article, numéro du volume, numéro de parution et nombre de pages), mais sans laisser entendre que l’OAC vous approuve ou approuve l’utilisation que vous faites du texte. Il est interdit d’utiliser le document à des fins commerciales. Il est interdit de modifier, transformer ou développer le texte.